La pensée du jour : Dimanche

Une femme chère à mon cœur me demandait il y a quelques jours :

“Pourquoi je me mets en colère pour rien ? »

« Parfois, mon cheval met tous son poids sur moi quand je nettoie les pieds.

Cela m’énerve, je le repousse, mais il recommence toujours…

Je sens que je m’emporte que je réagis outre mesure, et après cela m’énerve de m’être énervé, emporté contre mon cheval !”


2018-07-21_PoneyUSA_Est-ce-que-je-m-aime-pour-de-vrai_FBCela ne vous est-il pas déjà arrivé aussi ? Moi si et plus d’une fois !

Avec mon amie Fabienne, nous avons eu une discussion sur la question, en voici quelques éléments :

La colère d’abord : Cette émotion qui nous donne l’information qu’une limite à été dépassé et le besoin que nous avons de rétablir cette limite et de la faire respecter. Avec la colère arrive aussi l’énergie nécessaire pour remettre la limite et parfois c’est pas le plus simple de mettre cette énergie dans l’action équilibrante plutôt que dans la réaction.

“Le cheval me bouscule, je lui demande de me respecter en gérant son poids du corps.” En théorie cela devrait marcher ! En pratique, pas si simple… Alors pourquoi ça ne marche pas ? Que ce passe t-il à l’intérieur, en moi ?

D’autres émotions ? La honte et la culpabilité :

“Je me suis énervé”, ce n’étais pas l’action la plus approprié, c’est le sentiment de la culpabilité qui se présente. En repoussant le cheval, je réagis. En demandant au cheval de se porter, sans le pousser en sens inverse, sans résistance, j’agis, je me respecte et me fait respecter.

En me jugeant de ne pas être à la hauteur, imparfait, incompétent, je pense que c’est moi qui suis déficient. C’est l’émotion de honte qui est présente.

Alors comment faire ? Pour sortir de la honte, j’ai du intégrer que ce que je fais n’est pas qui je suis.

Si l’action n’est pas approprié, cela ne veut pas dire que je suis mauvais ou profondément déficient.

Pour quitter la culpabilité, j’ai du apprendre de mes erreurs, trouver une manière de faire plus efficace et respectueuse de moi et de l’autre.

Et après si cela ne marche toujours pas ?

Considérons la capacité que les chevaux ont à être des révélateurs en nous mettant face à nos blocages intérieurs. La colère présente ici peut aussi réveiller une autre colère plus profonde, plus intense. Peut-être une colère contre moi-même ? Une limite que je dépasse vis à vis de moi-même. Pourquoi j’accepte cela ? Pourquoi je ne me positionne pas ? Pourquoi je laisse faire ? Pourquoi… Pourquoi… ?

Et vous, c’est quoi votre pourquoi ?

Au bout des pourquoi, j’ai trouvé une réponse, simple et douloureuse à la fois mais essentielle :

Je dépasse en vers moi-même, la limite de ne pas m’aimer vraiment. À partir de ce jour, je vais prendre soin de moi, regarder en moi-même, prêter attention à tous ces petits signes qui attirent mon attention sur l’amour que je me porte. Est-ce que je m’aime pour de vrai ? Simplement m’aimer. Pas un amour égoïste, non ! Un amour propre ! Propre à moi et propre comme nettoyer de toutes conditions !


Photo : Le poney Cartman chez mon amie Francie au Texas !


CC-chevaux-parc-Arizona_cut

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s